club_TELI

Selon une étude de l’Agence Erasmus+ publiée en mai 2016, les étudiants ayant, durant leur scolarité, effectué un stage, un séjour, suivi des études ou travaillé à l’étranger, trouvent leur premier emploi en 2,9 mois en moyenne, contre 4,6 mois pour leurs camarades. Pour un même niveau de diplôme, ce premier emploi est rémunéré 1 480 euros nets par mois pour les étudiants ayant une expérience à l’étranger, contre 1 200 euros pour les autres.

 

Si le dépaysement, l'autonomie, un certain goût pour l'aventure, sans oublier le perfectionnement d'une langue étrangère, restent les motivations premières d’un job d’été à l’étranger, les étudiants sont de plus en plus sensibles aux atouts professionnels offerts par une telle expérience... Ainsi, chaque année, ils sont toujours plus nombreux à vouloir décrocher un job d’été à l’étranger !

 

Grâce à ses 25 années d’expériences et son réseau d’entraide et d’échange de 3 500 membres dans le monde et 520 partenaires en France et dans les pays francophones, le club TÉLI permet chaque année à des milliers d’étudiants français de trouver leur job d’été à l’étranger. Mais pour mettre toutes les chances de son côté, une nouvelle règle s’impose : chercher de plus en plus tôt...

 

Des offres publiées 6 mois avant le job !

Si les candidats à un emploi saisonnier à l’étranger sont toujours plus nombreux, les offres arrivent toujours plus tôt.

 

Dominique Girerd, fondateur de l’association Club Téli, confie : Dans les années 90, quand nous avons commencé à nous intéresser aux jobs à l'étranger, les candidats prenaient contact avec nous entre avril et juin et à l'époque, il fallait postuler par courrier. Une décennie plus tard, nous les avons vu arriver entre février et mai, puis, plus récemment, entre janvier et avril. Alors qu'une candidature s'envoie aujourd'hui à l'autre bout du monde en un éclair, les candidats commencent à comprendre qu'il faut se positionner le plus tôt possible pour avoir une chance d'être recruté.

 

Cette tendance qui s'accentue encore ces dernières années est certes, due à la concurrence accrue des candidats à un job d’été à l’étranger, mais également à un « marché » en pleine croissance et évolution.

 

Dominique Girerd poursuit : Aujourd'hui, aussi incroyable que cela puisse paraître, il nous arrive de diffuser des offres de jobs d'été dès le mois d'octobre, soit près de neuf mois avant la date de départ ! À cela, plusieurs raisons. Tout d'abord, le tourisme – historiquement gros secteur de recrutement – voit ses saisons s’allonger avec les périodes de vacances décalées et le nombre croissant de seniors qui partent à l'étranger avant et après le rush estival, etc., et des missions sont parfois proposées entre le mois de mars et le mois de novembre. Par ailleurs, quel que soit le secteur, les employeurs veulent prendre leur temps pour recruter le bon candidat et aussi (et surtout) avoir le temps de remplacer les candidats qui font défection.

 

Le club TÉLI compte aujourd'hui plusieurs milliers d’offres d’emploi saisonnier à pourvoir à travers le monde !

 

Pour en savoir plus

Site web : http://www.teli.asso.fr

Page Facebook : https://www.facebook.com/ClubTELI